Journal d'un cyanosé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Journal d'un cyanosé

Message  Thibault Marconnet le Sam 1 Oct - 9:17

10h - Je m'appelle Ivan. Je sors de mon appartement. On dirait un foetus de bordel total. J'ai éteint ma télé portative. La musique accouche dans mes oreilles. Je marche dans des rues décérébrées. Un enfant pleure devant une école maternelle. Deux hommes s'empoignent comme des lutteurs. Une bouteille de verre se brise sur le visage de l'un d'eux. Du sang coule. Je crache une fois. Derrière moi, très loin, sur un autre continent sans doute, une guerre éclate, un tremblement de terre dévaste une ville, etc. Plus de piles dans ma télé portative. Je dois aller chez le vendeur de mauvaises nouvelles puant le chloroforme. Il a des solutions à base de morphine pour mieux faire passer la pilule, pour endormir l'esprit.

11h- Je suis dans un bar. Un vandale a explosé la télé au-dessus du comptoir. Le barman sanglote. Mais il se retourne pour que personne ne puisse le voir pleurer. Sur la télé explosée, a été écrit au marqueur: « Fini le lobby du sensationnalisme ». Je regarde ma télé portative. Je n'oublie pas qu'il faut que je me rachète des piles. Je sirote mon whisky on the rocks. J'avale deux, trois pilules de lavage de cerveau. J'efface ainsi les dernières nouvelles qui m'ont ennuyées: ma voisine pleurant comme une madeleine, son chien mort dans les bras, renversé par un chauffard ; le petit de l'étage du dessus, le visage boursouflé par tous les coups que son père lui a donné, etc.
Je finis mon verre. Je me lève. Le barman pleure toujours. Je regarde ma télé portative. Il devrait s'en acheter une, c'est tellement pratique.

12h- Je marche dans la rue. Je commence à avoir des sueurs froides. Les informations télévisuelles commencent à me faire sacrément défaut. Je chancelle à moitié. Des enfants jouent devant une borne d'incendie. L'eau les éclabousse. Je poursuis mon chemin. Cinquante mètres plus tard, j'entends comme le bruit d'une explosion. Je n'enlève pas les écouteurs de mon baladeur. Je me retourne. Les enfants sont éclaboussés de sang. Le cadavre d'une voiture est encore fumant. L'eau de la borne d'incendie a pris une étrange teinte rouge.

12h30- Bientôt l'heure du journal de 13h. Je n'ai plus beaucoup de temps. Ma voiture m'a lâchée durant la nuit, c'est pourquoi je fais tout le trajet à pied. Et je ne suis pas encore arrivé chez le marchand de piles pour télés portatives. J'ai mal aux côtes. J'ai l'impression que je vais vomir. J'ai besoin de ma dose. Je me penche dans un violent spasme. Je retiens un hoquet saumâtre. Je regarde de tous côtés. Des voitures brûlent lentement. Des sirènes retentissent. Il y'a des éclats de verre qui inondent le bitume. Une femme est allongée par terre, le visage face contre terre. Une télé portative est posée à côté d'elle. Je m'approche d'elle. Je demande à lui emprunter sa télé portative. Elle ne répond pas. Ce n'est pas dans mes habitudes, mais je prends la télé portative. Il y'a du sang dessus. Je tente de l'allumer, mais aucune réaction de sa part. Ce n'est pas une histoire de piles, mais la femme a oubliée de renouveler son abonnement, quelle idiote! Je la pousse un peu du pied, et lui dis que ce n'est vraiment pas très intelligent. De nos jours, il faut se tenir au courant si l'on veut avoir l'esprit critique et éveillé sur le Monde. Elle ne répond toujours pas. Un mince filet de sang sort de sa bouche. Les gens sont vraiment sales.

12h45- Je continue de marcher dans la rue. J'ai le souffle court. Je sens le manque parcourir tout mon corps. Il faudrait que je me repose un instant, mais je n'ai pas le temps. Il ne faut pas s'arrêter, sans informations nous ne serions rien. Une vitrine explose non loin de moi. Des téléviseurs y sont vendus. Mais pas des télés portatives. Aucun intérêt. On ne peut transporter un téléviseur sur soi. Merci à l'inventeur des télés portatives. Je regarde mes pieds. Il y'a du plastique fondu accroché à mes chaussures. J'arrive tant bien que mal à me décoller, et je poursuis mon chemin. Je ne devrais plus être très loin du magasin. Un homme saute d'une fenêtre à quelques pas de moi. Son corps se disloque comme un pantin en heurtant le sol. Quelle indécence! Et aucun esthétisme! C'est révoltant! Heureusement que les informations sont là, il y'a des esthètes chez ces gens!

12h50- Je vois un épais brouillard de fumée au loin. Il semble se rapprocher. J'espère ne pas être pris dedans. J'aimerais ne pas perdre mon itinéraire. Je ne suis plus très loin du magasin qui va sauver mon esprit! La musique enfante toujours mes tympans. Je vois des gens courir dans tous les sens, totalement désordonnés. Ils laissent tomber leurs télés portatives dans leur course folle. Elles se brisent au sol. J'aurais envie de les empoigner un par un, de leur apprendre ce qu'en coûte l'irrespect des informations! Mais ils courent trop vites. Il y'en a plusieurs qui ont le visage, et d'autres endroits du corps, brûlés profondément. Il est 12h50, et avec tout ça, je ne sais toujours pas ce qu'il a bien pu se passer dans le monde. Il me faut mes piles.

12h55- Enfin, j'aperçois à travers le brouillard de fumée, l'enseigne du magasin, mon messie des images. J'accélère le pas. Des gens tombent tout autour de moi. Un enfant pleure et crie, son bras est encastré dans le pare brise d'une voiture en feu. Les gens n'ont aucune convenance. L'éducation se perd! Je sens une drôle de sensation dans ma jambe droite. Je regarde. J'ai un gros morceau de verre planté dans la cuisse. Il y'a pas mal de sang. Ce n'est pas grave. Il me faut ma dose. Je cours, tout en boitant.

12h59- J'arrive devant la porte du magasin, le sourire aux lèvres. La batterie de mon baladeur me lâche. Et merde! Je reprends mon souffle. Je contemple les piles, placées sous un halo de lumière. Il me reste une minute. J'ai réussi! Je regarde plus attentivement l'intérieur du magasin. Je ne vois pas le vendeur. Il est sûrement dans l'arrière-boutique. Je place ma main sur la poignée. Mon corps est soufflé en arrière par une intense déflagration. Durant mon envol, des éclats de verre m'accompagnent. J'ai encore la poignée serrée fort dans la main. Je m'écroule plus loin sur le sol. Je me sens comme un puzzle. Je crois que ma jambe s'est fait la malle.

13h- Je suis étalé sur le sol. Une rivière de sang s'extirpe de mon corps. Ma télé portative s'est retrouvée à côté de mon visage. Elle a quelques égratignures, mais c'est tout. Je crie au miracle. Il y'a des piles juste à portée de mon bras encore valide. J'arrive à insérer les piles dans la télé portative. Je l'allume. Ma main part en miettes. Je tente de comprendre. Les piles devaient être piégées. Ce genre de terrorisme est une calamité. Ma vision est de plus en plus floue. Je regarde l'heure. 13h00. Je n'aurais pas ma dose. Je ne saurais même pas ce qui a eu lieu aujourd'hui. Honte sur moi. Je meurs de façon si pitoyable, et personne ne couvrira cette information, car je suis mort sans avoir vu le journal de 13h. Médias, ayez pitié de moi.


© Thibault Marconnet (2004)

Thibault Marconnet

Messages : 11
Date d'inscription : 30/09/2011
Age : 32
Localisation : Quelque part dans l'Hexagone.

Voir le profil de l'utilisateur http://iscarian.skyblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Journal d'un cyanosé

Message  Admin le Dim 2 Oct - 14:54

Je ne suis pas du tout le genre de nana qui aime graisser la patte des auteurs juste parce qu'il est de bon ton de féliciter la créativité, mais là j'avoue je viens de rester deux secondes post lecture, bouche bée. T'as un truc dans l'écriture, je dis truc car je sais pas le définir autrement, qui est à toi bien sûr , mais qui me rappelle Jim Harrison, peut être cette façon de créer des tableaux simples mais significatifs au travers d'un regard, et d'effacer la personnalité du narrateur au profit de la réalité, du message, du symbole. J'ai réellement adoré, et même si ce genre de commentaires est inutile, parce que tout le monde se fout de mon avis, franchement j'admire ! De mettre en évidence comme ça, que les informations se trouvent à différentes échelles autour de nous mais que nous continuons à nous intéresser aux médias parce que nous les croyons nécessaires est une intention pertinente, une réflexion rondement menée sur le concept du besoin.

J'ai particulièrement aimé cette phrase:
Un homme saute d'une fenêtre à quelques pas de moi. Son corps se disloque comme un pantin en heurtant le sol. Quelle indécence! Et aucun esthétisme! C'est révoltant! Heureusement que les informations sont là, il y'a des esthètes chez ces gens!

L'indifférence du spectateur qui confond réalité et images, l'habitude du voyeurisme ambiant à juger les actions et les évènements, la révolte de la part du narrateur qui ne supporte plus les traumas, l'analogie avec le pantin comme si cet homme sortait d'un film, tout ça pour moi résume l'ensemble du texte, met en scène le grotesque, c'est la phrase majeure pour moi. Est ce un bout de texte indépendant ou bien est il extrait d'une oeuvre plus dense?



Admin
Admin

Messages : 44
Date d'inscription : 18/09/2011
Age : 27
Localisation : Aquitaine

Voir le profil de l'utilisateur http://lettreux.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum